Décembre 2022

Message du président

Publié le

Cher·ère·s membres,

C’est un automne chargé, plein de belles rencontres et de beaux défis, qui prendra fin pour l’Ordre dans quelques semaines avec le congé des fêtes.

À titre de président, je suis content d’avoir pu m’entretenir, cet automne, avec certain·e·s d’entre vous, membres des régions de l’Outaouais, de la Mauricie, du Centre-du-Québec, des Laurentides, de Lanaudière, de la Gaspésie, des Îles-de-la-Madeleine, du Bas-St-Laurent, de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches lors des causeries virtuelles. Ces rencontres, qui se déroulent dans un cadre assez intimiste laissant place à des discussions plus élaborées sur des enjeux qui vous préoccupent, se poursuivront à l’hiver 2023. Restez à l’affût !

Tournée régionale en Abitibi-Témiscamingue

Après deux ans de pandémie qui m’ont essentiellement confiné à effectuer mon travail de président dans mon bureau, j’étais particulièrement heureux de rendre visite aux membres T.S. et T.C.F. de la belle région de l’Abitibi-Témiscamingue les 24, 25 et 26 novembre dernier. L’objectif de la tournée était d’aller à la rencontre des membres de la région pour bien comprendre les réalités auxquelles ils sont confrontés dans le cadre de leur pratique. J’en ai également profité pour rencontrer des acteurs régionaux liés aux services sociaux et communautaires. J’ai eu des discussions très intéressantes portant notamment sur les conditions de pratique difficiles dans le réseau, sur les particularités du travail social en milieu autochtone ainsi que sur le processus d’inspection de l’Ordre et le traitement des plaintes.

Durant ma tournée, je me suis entretenu avec le directeur régional par intérim de la protection de la jeunesse et la directrice des services multidisciplinaires du CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue. J’ai également eu l’occasion de visiter l’organisme communautaire, la Ressourcerie – Centre Bernard Hamel, à Rouyn-Noranda, et le projet de logements sociaux, Le Château de Marie-Ève, à Val D’Or, qui accueillera vraisemblablement ses premiers locataires au courant des prochaines semaines.

Par ailleurs, dans le contexte où le conseil d’administration de l’Ordre a adopté une résolution visant à faire des enjeux qui touchent les communautés autochtones une priorité et plus particulièrement à s’engager dans une démarche pour contrer le racisme systémique et promouvoir des pratiques professionnelles culturellement sécuritaires, il était important pour moi de profiter de mon passage dans la région pour aller à la rencontre des Anichinabés, dans leur communauté. Après une visite du Centre de Santé de Pikogan, j’ai été invité à une rencontre de discussion et de partage avec des membres de la communauté, des T.S. et d’autres intervenants œuvrant en services sociaux à Pikogan. Durant les trois heures qu’ont duré la visite et l’entretien, nous avons abordé plusieurs sujets, dont les conséquences désastreuses du colonialisme, les pratiques et coutumes anichinabées ainsi que la réalité du travail social en milieu autochtone. J’ai poursuivi ma tournée en allant à la rencontre de la directrice générale et du président du conseil d’administration de Mino Obigiwasin, l’organisme de protection de la jeunesse anichinabé. Nous avons notamment discuté de formation, de respect et de valorisation des compétences et de l’expertise des Anichnabés et de la démarche de Mino Obigiwasin pour obtenir la pleine autonomie en matière de protection de la jeunesse, grâce aux dispositions du projet de loi C-92.

Ce passage en Abitibi s’est conclu le samedi 26 novembre par un déjeuner-causerie avec une vingtaine de membres de la région. Deux formations d’une heure ont également été offertes par Arianne Julien, Ph. D., travailleuse sociale et psychothérapeute. Mme Julien est professeure et directrice du module de travail social à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue.

Finalement, je tiens à remercier Martin Adam, T.S. et coordonnateur de l’équipe de coordination régionale de l’Abitibi-Témiscamingue, pour son aide et son accueil chaleureux.

Association of Social Work Boards

J’ai eu l’occasion de représenter la profession et les T.S. du Québec à la rencontre de l’Association of Social Work Boards qui se déroulait à Phoenix à la mi-novembre. Cette association, dont l’Ordre est membre depuis plusieurs années, regroupe tous les organismes de réglementation du travail social en Amérique du Nord. Ma présence à cet événement, une première depuis deux ans, m’a entre autres permis de constater que partout en Amérique du Nord, les organismes similaires à l’Ordre se penchent sur la question de la sécurisation culturelle pour les communautés autochtones et les Inuits.

 

Votre président,

 

Pierre-Paul Malenfant, T.S.